Un concertina est un instrument de musique de la famille des instruments à vent à anches libres et à clavier, comme l’accordéon. Il a été inventé en 1829 par Sir Charles Wheatstone, qui en a breveté une version améliorée en 1844. Les concertinas ont des boutons disposés aux deux bouts du soufflet et se distinguent des accordéons par la direction de pression des boutons : identique à celle du soufflet pour les concertinas, perpendiculaire pour les accordéons.

Le terme « concertina » désigne une famille d’instruments construits selon différents modèles différant l’un de l’autre par les tons et les gammes disponibles, la disposition des boutons, la taille, la forme, la tenue de l’instrument et surtout la sonorité :

  • les instruments dits « bi-sonore » produisent une note différente selon qu’on pousse ou que l’on tire.
  • les instruments « mono-sonore » produisent la même note au poussé et au tiré.
  • les instruments à « action-simple » produisent du son seulement dans une direction du soufflet (habituellement seulement des instruments de basse)
  • les instruments à « action-double » produisent des sons au poussé et au tiré du soufflet

Un joueur habitué à l’un des systèmes sera probablement désorienté sur un autre système.

Bien que relativement ancien et répandu, le concertina est sujet à des expériences modernes (telles les gammes chromatiques offrant plus de 12 écarts par octave, ou encore des instruments dont la hauteur peut être modifiée par le musicien). Les systèmes présentés sont les plus fréquents mais leurs types ne sont ni exhaustifs ni définitifs.

Concertina Anglo

En anglais Anglo-concertina (d’Anglo-German) a des boutons disposés en arc de cercle. C’est un instrument bi-sonore, c’est-à-dire que pour un même bouton les notes sont différentes selon qu’on pousse ou que l’on tire (d’une manière similaire aux harmonicas qui selon qu’on souffle ou que l’on aspire produisent des notes différentes). Il est souvent admis que George Jones fut l’inventeur du concertina Anglo. Fin XIXe et début XXe les facteurs actifs comptent C. Jeffries — spécialiste du model Anglo — et Louis Lachenal, fabricant le plus prolifique de modèles Anglo et Anglais en son temps.

Facture

Le cœur du type Anglo, est constitué par deux rangés de 10 boutons, produisant chacune une gamme majeur diatonique. Cinq boutons de chaque rangée sont situés à chaque bout. Un intervalle d’une quarte sépare les deux rangées. Par exemple, si la rangée la plus proche du poignet du musicien est en clef de sol, la rangée suivante sera en clef d’ut. Les instruments contemporains disposent d’une troisième rangée de boutons, offrant des altérations indisponibles autrement et des notes redondantes mais à la bi-sonorité inversée, facilitant le jeu. Il y a des petites mais nombreuses variations dans la disposition et le nombre des boutons selon les fabricants.

Jeu

Le concertina Anglo est tenu en glissant les mains – hormis le pouce – dans de petites lanières de cuir, les paumes reposent sur un épaulement en bois. Cette prise laisse libres 4 doigts par main pour jouer les notes, et les pouces pour actionner des valves de purge d’air (afin de comprimer ou étendre le soufflet sans produire de sons) ou jouer un bourdon. Le modèle Anglo-concertina est souvent associé à la musique irlandaise. Les instruments en clef do/sol sont les plus utilisés en sessions. On le trouve aussi dans d’autres contextes musicaux comme les danses English Morris.

Concertina Anglais

English concertina démonté, montrant le soufflet, la planche à anches et les boutons.

En anglais English concertina. L’invention de ce modèle est attribuée à Sir Charles Wheatstone qui a breveté le 19 décembre 1829 (n° 5803 en Grande-Bretagne) un modèle très semblable. C’est un instrument mono-sonore. C’est-à-dire que le poussé et le tiré produisent une même note pour un même bouton.

Facture

C’est un concertina chromatique, offrant 4 rangées de boutons, disposés en rectangle dont les petits côtés sont en face du poignet du musicien. Les deux rangées les plus à l’intérieur de l’instrument offrent une gamme majeure en do, distribuée alternativement d’un côté et de l’autre de l’instrument. Par exemple, dans une gamme donnée, do-mi-sol-si seront d’un côté et ré-fa-la-do-mi de l’autre. Les deux rangées extérieures offrent les bémols et les dièses complétant la gamme chromatique. Cette répartition entre les côtés facilite un jeu rapide, mais complique l’apprentissage des accords par rapport aux gammes.

Jeu

Le concertina Anglais est tenu en plaçant les pouces dans de petites lanières de cuir et les petits doigts sur de petites cales métalliques. Cela laisse libres trois doigts par main pour le jeu des mélodies. Une autre méthode utilise les annulaires et auriculaires pour tenir l’instrument, libérant seulement deux doigts pour le jeu.

Source Wikipédia